• Par la Rédaction
  • Posté le 15 septembre 2016

Instituts : vos nouvelles obligations

Vous avez peut-être zappé l’information. Mais depuis le nouveau règlement européen, vous êtes considéré comme un distributeur, dès lors que vous vendez un produit à un consommateur. Donc, dès que vous vendez une crème à votre cliente après le soin, vous êtes devenu distributeur du produit en question, conseil ou pas. 

Attention, si vous distribuez un produit cosmétique sous votre propre marque, ou si vous avez modifié un produit déjà mis sur le marché, vous montez d’un cran sous les projecteurs : vous êtes alors considéré comme la personne responsable.

Conditions de stockage et étiquetage

Une fois le produit cosmétique sous votre responsabilité (à savoir dans votre institut), vérifiez que les conditions de stockage ne peuvent pas nuire à sa qualité. Renseignez-vous soigneusement auprès de votre fournisseur. 

Vous devez également vous assurer que l’étiquette mentionne bien les éléments suivants : 

• le nom et l’adresse de la personne responsable (en principe le fabricant)

• le numéro de lot : une suite de chiffres et de lettres, qui permet au fabricant de savoir quand le lot a été fabriqué

• la liste des ingrédients 

• les précautions d’emploi et la fonction, clairement exprimés en français

• la conformité de la date de durabilité minimale (elle ne doit pas être dépassée)

 

Découvrez l'article en intégralité dans le magazine BEAUTY FORUM : je m'abonne !


Les autres articles de la rubrique

Instituts : vos nouvelles obligations

Pour le règlement cosmétique européen, tout le personnel esthétique acquiert le statut de distributeur dès qu’il vend un produit cosmétique à un consommateur. Comment cela se passe-t-il dans la réalité ? La mise au point de la FEBEA.

  • Par la Rédaction

Rassurez vos clientes

Tout juste un an après une première publication mettant en cause certains ingrédients contenus dans les cosmétiques, UFC Que Choisir a actualisé et élargit son analyse à 400 produits cosmétiques. Largement relayée dans les médias, cette publication inquiète vos clientes. La FEBEA (Fédération des entreprises de la beauté) a réagi: des pistes pour les rassurer.

  • Par Anne-Sophie Gamelin

Pratique de la dermopigmentation, ce que dit la loi !

Comme pour toutes les professions touchant à l’esthétique du visage et du corps, le métier de dermographe est soumis à la législation. Maître François Stifani, avocat au barreau de Grasse, fait le point sur la réglementation applicable à cette profession.

  • Par La rédaction

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

  • Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.
  • Je m'inscris

Beauty Forum Paris 2017