instant a soi
  • Par Isabelle Louet
  • Posté le 04 juillet 2018

Instant à soi : un plongeon dans le grand bleu

Deux bassins d'hydrothérapie, une douche polysensorielle, une fontaine à glace, un jacuzzi, un hammam, un sauna, sans compter deux salles de relaxation et dix cabines de soin pour les massages, quand elle parcourt les couloirs des 600 m2 de son institut, l'Instant à soi, Angélique a encore du mal à se rendre compte que cet endroit est le sien. Tant elle en a rêvé. 

Une passion de toujours 

Pourtant, quand, en fin de 3e, elle annonce à ses parents qu'elle veut passer un CAP d'esthéticienne, la réponse tombe comme un couperet « Passe ton bac général d'abord. » Bon gré, mal gré, la jeune fille d'alors se plie aux volontés de ses parents, passe son BAC S, l'obtient et s'inscrit au concours d'infirmière. « J'ai toujours su que je voulais travailler dans le bien-être, raconte-t-elle. Faire du bien aux autres, c'était mon credo. Mais, quand j'ai commencé à préparer le concours, je me suis aperçue que je souhaitais en fait m'occuper de gens bien portant. Je ne me sentais pas capable d'apporter du bien-être à des malades. » À 17 ans, bac en poche cette fois, Angélique affronte ses parents à nouveau et leur confirme qu'elle souhaite vraiment devenir esthéticienne. Face à tant de détermination, ses parents lui disent « banco ». 

Des débuts difficiles 
Plus elle avance dans ses études d'esthéticienne, plus sa passion décuple. « Je savais que j'étais dans mon élément, je commençais à imaginer les traits de mon futur salon. » Diplôme en poche, alors qu'elle s'apprête à chercher des postes dans des salons, ses parents, entrepreneurs eux-mêmes, lui suggèrent d'ouvrir le sien. Angélique est aux anges. Très rapidement, soutenue par les banques et ses parents, elle s'associe avec la gérante du salon Instant à soi qui, à l'époque, n'était pas un centre aquatique. Rolande se révèle un excellent mentor. Elle lui transmet toutes les petites choses que l'on n'apprend pas à l'école : comment gérer, accueillir, fidéliser la clientèle, offrir le meilleur confort à la cliente en cabine... Boulimique de savoirs, Angélique rayonne. Par ailleurs, ses parents lui apprennent à gérer un plan d'investissement et les comptes. « Ce fut parfois difficile, se souvient-elle, mais, à 20 ans, rien ne pouvait m'arrêter. » Au fil des ans, Angélique multiplie les formations pour devenir de plus en plus performante. Son projet de centre aquatique refait surface, mais son associée n'est guère d'accord. «Il fallait creuser une piscine, ce qui était loin d'être évident dans une résidence.» 

Un parfait concours de circonstances 
L’existence réserve toujours des surprises.  Son projet prend forme grâce à une inondation dans son institut et un incendie dans le local voisin. À la suite de ces sinistres, les propriétaires des lieux souhaitaient vendre et, dans le même temps, Rolande désirait arrêter. Pour Angélique, c'est un signe : elle décide de tout reprendre à son nom. Discussions, rencontres avec les banques, élaboration des plans, des soins (que des massages), des piscines (« j'en ai voulu une seconde »), les appareils LPG, etc., le projet prend forme, les banques suivent, les parents d'Angélique aussi. « Ils ont revendu leurs affaires et se sont associés avec moi. » Le nouvel institut Instant à soi voit le jour. Aujourd'hui, à 33 ans, la jeune maman de deux enfants est heureuse. Tout simplement. 

Instant à soi
13, avenue de Verdun
38240 Meylan
04 76 18 22 92
www.instantasoi.com

 

Votre établissement a tout ce qu’il faut pour devenir  « l’institut du mois » ?
Posez votre candidature par mail à institut@health-and-beauty.fr en envoyant ce formulaire. 


Les autres articles de la rubrique

mandarine blanche

La Mandarine blanche : secret d’alcôve

Aucun pas de porte, aucune vitrine, aucune enseigne lumineuse… La Mandarine blanche n’est pas un salon d’esthétique comme les autres. Pour y accéder, il faut pousser une lourde porte d’immeuble haussmannien puis monter au deuxième étage.

  • Par Isabelle Louet

L'institut du mois : LE B'O SPA THERMAL

Centre de soins, lieu de villégiature, le B'O Resort de Bagnoles-de-l'Orne s'impose comme un espace de repos d'excellence. Le secret : le management sans faille de son président, Sylvain Sérafini.

  • Par Isabelle Louet
Institut du mois la Parigote

La Parigote, l’amour du contact

Passionnée par l'univers des soins, Lydie Olivier travaille dans son propre institut et a lancé sa gamme de produits corps. Une belle aventure !

  • Par Isabelle Louet

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

  • Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.
  • Je m'inscris

Beauty Forum Paris 2017